AvantChœur.com

Le magazine en ligne du chant choral

Choeurs-du-Guiers-15-12-2013 modifié-1Polyphonies baltes en Savoie

Les chœurs du Guiers chantent la Missa Regensis d'Ugis Praulins

 

Les 11 et 12 avril, à Virieu sur Bourbre (38) et Pont de Beauvoisin (73), les Chœurs du Guiers dirigés par Robert Combaz interpréteront des œuvres baltes d’Arvo Pärt, Emils Darzins, Einojuhani Rautavaara et, surtout, la Missa Regensis, d’Ugis Praulins, l’une des plus belles messes a cappella écrites en notre 21e siècle.

 

L’air de la Baltique atteint les rives des Alpes. C’est à un programme de musique balte aussi original qu’alléchant que les chœurs du Guiers convieront leurs spectateurs, le samedi 11 avril à 20h30, en l’église de Virieu sur Bourbre (38) et le dimanche 12 avril à 17h00, en l’Eglise des Carmes de Pont de Beauvoisin (73). Dirigés par Robert Combaz, vice-président de la Confédération Musicale de France, les 60 choristes feront entendre la magnifique Messe de Riga ou Missa Regensis, du Letton Ugis Praulins. Composée en 2002 pour le Grand Chœur de garçons de la cathédrale de Riga et interprétée dans cette même cathédrale en 2003, cette messe a cappella frappe l’auditeur par sa luminosité, sa ferveur et ses accents extatiques. Dans son écriture vocale, le compositeur a déployé diversité et ingéniosité pour marier les rythmes, les accents et les contrastes entre chants, murmures et psalmodies, créant ainsi une théâtralisation liturgique passionnante. La sincérité de sa ferveur permet cependant à l’œuvre d’être chantée aussi bien lors d’un service que d’un concert.

 

Robert-Combaz2Un spécialiste de la musique balte. Grand connaisseur de la musique balte, Robert Combaz est très fier de présenter cette œuvre exigeante : « Cette belle messe est plus harmonique que mélodique, les choristes devant davantage chanter des accords que des mélodies, commente-t-il. Les sopranes sont divisées en deux pupitres, les sopranes 1 se consacrant aux hautes sphères de leur tessiture pour donner toute sa beauté à l’œuvre ». L’angélisme de cette polyphonie, encore accentué par le fait que les voix des femmes entoureront les voix masculines selon le schéma STBA, sera renforcé par les belles voix des solistes du Conservatoire à Rayonnement Régional de Grenoble : les sopranes Marie Charmoillaux et Cécile Fournier, ainsi que le ténor Julien Drevet, un ancien choriste de Robert Combaz devenu depuis chanteur professionnel pour le chœur accentus et le Chœur Britten. La soirée sera idéalement introduite par une première partie chorale consacrée à deux autres compositeurs baltes avec « The Woman with the Alabaster Box », d’Arvo Pärt  et « Lied der Mignon », d’Emils Darzins, ainsi que par un duo de sopranes, extrait de l’opéra Aurington Talo (La Maison du Soleil) d’Einojuhani Rautavaara et par l’air de Lenski, d’Eugène Onéguine, de Tchaikovsky, chanté par Julien Drevet. Heureux les auditeurs de ce concert : leur soirée sera mémorable.

Michel Grinand